bannière du site

Sword Art Online Project Alicization Tome 1 de Reki KAWAHARA et Koutarou YAMADA

Il y a un an de cela, le 23 février 2017, sortait dans nos librairies, le cinquième tome de la série de Light Novel Sword Art Online. Cependant, ce tome 5 était aussi le premier tome d’un arc attendu de pieds fermes par beaucoup de fans (et à raison), l’arc Alicization. Et c’est en cette mi-juin 2018 et deux tomes de Light Novel plus tard, que les éditions Ototo nous propose le premier tome de l’adaptation manga de cet arc. Que vaut-elle ? C’est ce que nous allons voir !

Synopsis

Etant donné que le synopsis de la quatrième de couverture, dévoile tout ce qu’il se passe dans le tome, j’ai décidé qu'exceptionnellement, il ne figurerait pas dans l’article. Désolé.

Avis

Ayant déjà lu le Light Novel avant de commencer la lecture de ce premier tome, je connaissais déjà le déroulement des évènements. Je dois donc avouer qu’il était assez difficile pour moi d’être surpris… Mais pour commencer, partons du principe que ce fut une vraie découverte.

Dès le début, ce premier tome du “Projet Alicization” ne passe pas par quatre chemins, il nous présente Kirito en train de tester une nouvelle machine le Soul Translator que l’on va abréger en STL. Grâce à cette machine, nous sommes transportés dans un monde très heroic fantasy en compagnie de deux nouveaux personnages, Eugeo, Alice et un Kirito beaucoup plus jeune que d’habitude. De quoi en déconcerter certains.

SAO Alicization Tome 1 - Illustration 1

© REKI KAWAHARA / KOUTAROU YAMADA KADOKAWA CORPORATION

Les trois quarts du tome seront consacrés à la découverte de nos trois amis et de ce nouveau monde qui à l’instar d’un MMO possède des mécaniques et des lois assez particulières, surtout très stricts. Ce qui est étrange et très bien amené, c’est que si cet univers possède des mécaniques de MMO, nous n’avons pas l’impression de nous trouver dans un véritable jeu dont les règles semblent dictées par des lignes de code.

Passée cette petite incompréhension, on prend plaisir à découvrir ce monde (avec des chevaliers à dos de dragons), qui mériterait un peu plus de développement, mais je sais parfaitement que ce sera le cas plus tard, même chose pour les personnages. Mais ne vous attendez pas à beaucoup d’action pour le moment.

Le dernier quart, quant à lui nous ramène dans le monde réel, en compagnie de Kazuto, Asuna et Shino, l’occasion pour nous d’en savoir plus sur la nouvelle mission de Kirito et d’avoir une explication sur le fonctionnement du STL. Cela m’a fait plaisir de retrouver ses personnages. Je trouve néanmoins dommage que l’élément perturbateur n’arrive qu’à la toute fin, ce qui a pour conséquence de faire de ce premier tome, une grosse introduction.

Maintenant, parlons de la forme. Comme je le disais en introduction, ce manga est l’adaptation de l’arc Alicization du Light Novel. Et Personnellement, je trouve que celle-ci est plutôt fidèle, même si je trouve que le manga va légèrement plus vite que dans le support d’origine... Ce qui parfois n’est pas un mal. Si on prend l’exemple du fonctionnement Soul Translator, celui-ci est un peu simplifié dans le manga en omettant une partie de l’explication concernant la physique quantique. Mais je dois avouer que parfois l’action se déroulait trop vite, disons que simplement que je n’aurais pas forcément effectuer le découpage de cette manière.

Au niveau du dessin, je suis agréablement surpris : Comme la série Sword Art Online est divisé en séries de manga, la qualité de certaines des séries était parfois discutable. Ici ce n’est pas le cas, Koutarou YAMADA fait ici du très bon travail, faisant honneur au charadesign d’ABEC et l’univers de Reki Kawahara. (Même si je l’avoue, j’imaginais Gigas Cedar plus imposant). En tout cas, ce sera l’occasion pour le lecteur de profiter de magnifiques pages. De quoi bien profiter du début de cette aventure palpitante.

SAO Alicization 1 - illustration 2
© REKI KAWAHARA / KOUTAROU YAMADA KADOKAWA CORPORATION

Petite remarque cependant sur la quatrième couverture, racontant tout le déroulé du tome, ainsi que les petites explications entre les chapitres donnant parfois trop d’informations, cassant un peu l’effet de surprise.

Le premier tome de ce “Projet Alicization”, s’annonce comme le très bon début d’une très bonne adaptation. Non seulement, l'adaptation est fidèle, mais la lecture est très dynamique, impossible de s’ennuyer lorsque l’on découvre ce nouvel univers. Si le Light Novel vous fait peur laissez-vous tenter par la version manga !

Disponible aux éditions Ototo



Commentaires

Laisser un commentaire :