bannière du site

A Certain Magical Index Tome 1 (1+2) de Kazuma KAMACHI et Kiyotaka HAIMURA

Dans la sphère otaku, il existe des séries qui ont réussi avoir une certaine notoriété. Une notoriété dans le sens où quand on demande à une personne le nom d’une série qu’il l’a marqué, il va nous répondre un nom particulier. De ce que j’ai cru comprendre, la série “A Certain Magical Index” fait partie de ces oeuvres. Personnellement, même si j’ai vu trois épisode de l’anime ce n’est pas mon cas. Mais grâce à cela, j’ai pu découvrir ce dont je vais vous parler aujourd’hui, le premier tome du Light Novel !

Synopsis

Academy City est une ville étudiante peuplée d’élèves aux pouvoirs plus incroyables les uns que les autres. C’est ici qu’étudie Tôma Kamijô, dont la mystérieuse capacité lui permet d’annuler n’importe quel phénomène paranormal au prix de sa propre chance. Alors qu’il s’est résigné à vivre sous une mauvaise étoile, son infortune provoque sa rencontre avec la jeune Index. Véritable encyclopédie sur pattes, la nonne aurait mémorisé 103 000 grimoires interdits au service de l’Église. Embarqué dans une aventure phénoménale, Tôma se retrouve impliqué malgré lui dans les plus grands complots où science et magie s’affrontent sans merci pour la suprématie du monde.

Avis

A première vue, A Certain Magical Index a de quoi déboussoler. En effet, les premières pages du livre nous décrivent Academy City, une sorte de ville-campus dotée des plus hautes technologies et d’étudiants aux capacités extraordinaires. De fait, on pourrait alors penser que l’histoire serait beaucoup plus accès sur l’utilisation de ces capacités surhumaines, on obtiendrait le même état d’esprit que Tôma Kamijô, un esper vivant dans ce campus et possédant un pouvoir bien particulier… Mais aussi poissard comme pas possible. Et finalement, sans vraiment considérer cela comme de la malchance, détruisant nos certitudes ainsi que celles de Tôma, arrive Index, une nonne toute mignonne qui lui (et nous) apprend l'existence de la magie et de puissances religieuses, un sujet que j’aime particulièrement surtout si la technologie et la magie viennent à s’opposer. A partir de là, le récit commence à prendre sa véritable forme. Préparez-vous à lire des combats épiques sous tension plein de magie. A tel point que les pages défilent vite, tellement vous serez absorbé par la lecture. Si vous cherchez une bonne dose d’action, vous allez être servi !. Et si jamais vous aimez l’action mais à petite dose, l’histoire est assez souvent ponctuée de situations comiques ayant pour but de détendre l’atmosphère, sans pour autant partir sur du cocasse.

Mais ce n’est là qu’une facette du livre. A Certain Magical index propose dans son premier tome un univers développé et cohérent, puisant dans tout l’aspect mythologique des religions. Incantations religieuses, armes mythiques ou encore l’alchimie. Déjà que j’apprécie énormément ce genre d’univers, s’il vient à “fusionner” avec le “camp” d’Academy City, alors ce sera encore meilleur. (En tout cas pour moi) Toutefois, si ce premier tome propose une univers avec de bonnes bases, il mérite de se développer davantage et j’ai hâte de voir ce qu’il m’apportera (notamment sur ce fameux railgun). A ce titre, j’estime que la meilleure facette du titre concerne ses personnages.

Au premier abord, tous les personnages semblent être des clichés sur pattes, absolument tous : Le protagoniste un peu looser, la prof qui a l’air d’avoir 12 ans mais qui en a 30, les méchants badass, absolument tous… Cependant, plus la lecture avance plus on se rend compte, que tout cela n’est pas si simple. Vous vous rappelez au début de l’article lorsque je disais “qu’Index” avait de quoi déboussoler ? Eh bien, c’est aussi parce que les personnages sont très bien développés. Kazuma Kamachi nous propose des personnages bien écrits loin d’être manichéens. Pour l’instant ils n’ont pas forcément un background très fort, mais le développement vient plus des choix et de leurs raisons pour chaque personnages. Le résultat est sans appel, on s’y attache rapidement que ce soit les protagonistes ou les ennemis. J’espère juste voir des motivations variées pour la suite de l’histoire.

Mais maintenant que le scénario et les personnages ont été abordés, il est temps de parler d’un autre point important : les illustrations. Etant donné que nous sommes dans un Light Novel, les illustrations font partie intégrante de l’oeuvre. Pour A Certain Magical Index, c’est Kiyotaka HAIMURA qui s’en charge. Et en ce qui me concerne, avec un peu de recul, j’apprécie son travail. Je m’explique.

J’avais oublié que le premier tome d’index était sorti au Japon en 2004 soit 14 ans avant la sortie française. A cette époque, la mode en terme de chara design n’était pas la même et cela se voit nettement sur la couverture. Et il est vrai que sur le coup cela m’avait un peu frappé, et il est vrai aussi que je préfère le design actuel. Cependant, ici ce n’est pas vraiment le design des personnages qui m’a posé problème mais deux illustrations en particulier. La première est l’illustration avec les cartes de tarots et les personnages que je trouve absolument immonde, surtout à cause de son fond vert et de la tête des personnages… trop pointus, mais encore une fois, on peut omettre ce détail pour les raisons que j’ai cité plus haut. L’autre illustration est celle qui présente Styil Magnus, une illustration que je trouve malheureusement très vide.

Toutefois, le reste des illustrations est vraiment très agréable à regarder, qu’elles soient en noir et blanc ou en couleur. J’aime particulièrement l’aspect peinture que l’on peut remarquer sur les illustrations en couleur qui utilisent des couleurs vives et qui utilisent les doubles pages à bon escient. Les illustrations monochromes ne sont pas non plus en reste. Celles-ci gardent l’aspect peinture qui rend vraiment très bien en noir et blanc, donnant parfois lieu à des scènes incroyables (je pense à la dernière, par exemple). On notera aussi un effort de mise en scène fort sympathique sur certaines des pages, évitant ainsi de nous couper dans notre élan pendant notre lecture.

Grâce à son univers, puisant dans la technologie et l’occultisme tout en les opposant idéologiquement, ce premier tome de A certain Magical Index montre son potentiel. Telle une illusion, ce tome 1 paraît assez classique, mais montre peu à peu une thématiques et des personnages intéressants. Le tout ponctué de très belles illustrations. Je commence commence à comprendre pourquoi la saga a autant de succès.

Disponible aux éditions Ofelbe



Commentaires

Laisser un commentaire :