bannière

DOFUS - Livre 1 : Julith de Anthony Roux et Jean-Jacques Denis

Le 01/02/16 à 23:10:39 par Shinobivdk
image d'article

Synopsis

Dans la majestueuse cité de Bonta, Joris coule des jours heureux, aux côtés de Kerubim Crépin, son papycha adoptif. Mais tout bascule lorsque Joris, bravant l’interdiction de papycha, tente d’approcher son idole de toujours, la mégastar du Boufbowl, Khan Karkass. De son côté, Julith, revient avec une revanche à prendre et un objectif : anéantir Bonta. Joris et ses amis arriveront-ils à sauver la cité et tous ses habitants ?

Avis

Pour commencer je tiens à préciser que cela fait une paire d’années que je n’ai pas joué à Dofus, le MMORPG. En cela, j’avais peur qu’en ne connaissant pas les nouveaux éléments appartenant à l’univers, je puisse avoir du mal à comprendre le film. Bien que l'histoire du film donne des explications sur ce qu’il a pu se produire dans les différentes productions télévisuelles, si vous allez ce livre 1 voir sans rien connaître, vous n’aurez aucun mal à comprendre le déroulement de l’histoire.

Cette histoire est d’ailleurs très simple dans son cheminement, facilement abordable pour des enfants (Si vous avez lu le synopsis, vous avez vu à quel point c’était simple). Ce qui fait le point fort scénaristique de ce livre 1, ce sont les personnages. Au premier abord, on pourrait penser qu’ils sont tous très classiques, mais l'heure 48 de film permet de les développer suffisamment pour que l’on puisse comprendre leurs histoires, leurs enjeux, et pour que l’on puisse s’attacher à eux (Et il est parfois bon qu’un personnage reste fidèle à lui-même). Le rythme du film reste cohérent du début jusqu’à la fin, ponctué de scènes de combat ultra-dynamiques qui ne vous feront pas dormir sur votre siège, le tout grâce à une animation sans faille, sublimée par, à mon sens, LE point fort du film, LA chose qui a fait qu’en voyant la bande annonce, j’ai voulu voir le film, le dessin !

En un mot comme en cent, ce film est beau, très beau, presque tout m’a stupéfait, la couleur, les décors, les bâtiments, même le chara-design. Tout est agréable à l’oeil, rien n’est de trop. On dit que la perfection n’existe pas, mais j’ai du mal à trouver où pinailler. En tout cas Ankama n’a absolument plus rien à prouver dans le domaine de l’animation, ce film en est l’ultime preuve.

Qui plus est Dofus livre 1 est un film qui réussit à être accessible à tous les publics, en ne prenant pas les enfants pour des débiles, en ayant suffisamment d’action pour plaire aux adolescents et aux jeunes adultes, ainsi qu’aux parents, avec ce qui est cité précédent et les petites allusions qu’eux seuls peuvent comprendre, comme sait si bien le faire Ankama

Vous l’aurez compris, je vous recommande plus que chaudement d’aller voir : Dofus - Livre I : Julith. Un film qui prouve qu’en France (et dans le Nord), on est capable de faire des films d’animation parfois bien supérieurs à ce qu’on peut trouver au Japon.

En salle le 3 février


Commentaires

Commenter :