Bannière du site, cliquez ou appuyez pour revenir à l'accueil

Deep Sea Aquarium MagMell Tome 1 de Kiyomi Sugishita

Illustration pour l'article : Deep Sea Aquarium MagMell Tome 1

Tout nouvel arrivant sur le marché déjà bien rempli du manga, les éditions Vega ont pour objectif de faire découvrir une nouvelle facette du Seinen manga. Et pour leur arrivée tambour battant, Vega ne propose, pas un, ni deux, mais trois séries ! Parmi elles, Deep Sea Aquarium MagMell, une histoire avec un thème très aquatique. C’est ce dont nous allons parler !

Synopsis

Keitaro Amagi est un jeune homme passionné par les océans. Enfant, son père lui a transmis cette fascination pour ces mondes mal connus. Devenu adulte, il répond alors tout naturellement à une embauche pour devenir simple balayeur au tout nouveau Magmell Deep Sea Aquarium. Ce gigantesque complexe sous-marin vient d'ouvrir et offre à ses visiteurs une découverte inédite de la faune sous-marine, à 200 m de profondeur.

Avis

Il y a quelques semaines, lorsque j’ai vu la couverture de ce tome, je l’ai trouvée très belle. Grâce à cela, je n’ai eu qu’une seule envie, découvrir ce que me cachait ce livre tout en ayant de grosses attente en termes d’ambiance. Et comment vous dire ? Je n’ai absolument pas été déçu ! Mais avant de vous parler de l’ambiance et du graphisme, parlons d’abord de l’histoire et plus généralement du propos, car là aussi, il y a des choses à dire.
Comme l’indique le synopsis, Keitaro, le personnage principal, a une véritable passion pour la faune sous-marine, et à ce titre, il aimerait gravir les échelons en commençant comme balayeur dans le MagMell, l’aquarium abyssale. Toutefois, ne vous méprenez pas : Si Keitaro, ce jeune homme timide, délie sa langue quand il s’agit de parler de “poissons”, MagMell n’est absolument pas un Nekketsu. Tels les aquariums pour les visiteurs du complexe, Kiyomi SUGISHITA nous offre une fenêtre sur un monde inconnu pour beaucoup. Afin d’arriver à ce résultat, l’auteur ne se contente pas de dire : “Hé regardez ce poisson, il est cool “. Non ! MagMell s’efforce de mettre en lumière ces sombres abysses, au sens propre, comme au figuré, avec un sens certain de la mesure.

Pendant la lecture, nous apprenons à connaître le quotidien du personnel de l’aquarium : Qui sont-ils ? Que font-ils ? Une manière approprié de comprendre plus facilement le fonctionnement d’un centre maritime, tout en développant les personnages. Bien sûr, MarMell possède une vocation éducative, usant d’une pédagogie plutôt bonne (pour moi). Ainsi, pour le moment, chaque chapitre, se concentre particulièrement sur une espèce. Cela permet d’une part d’avoir un contexte narratif, mais aussi de ne pas être noyé (si on peut dire) d’informations. Celles-ci arriveront par le biais des personnages et non pas par le biais de panneaux explicatifs. Les informations sont claires et concises, juste ce qu’il faut pour que le lecteur comprenne rapidement. De plus, si la curiosité le pique, chaque fin de chapitre propose des informations plus complète sur l’animal mis en vedette, toujours sans submerger d’infos.
Personnellement, je ne sais pas si avant d’écrire ce manga, Kiyomi Sugishita était passionné par la faune abyssale, mais après avoir lu ce premier tome, je ne peux pas m’empêcher de penser que cela a dû lui faire quelque chose au vu de la manière dont il décrit cette faune.

Vous vous rappelez quand je disais trouver très jolie la couverture ? Eh bien, je n’ai pas été déçu avec l’intérieur. Lorsque je voyais cette couverture, je m’attendais à être transporté dans un monde inconnu quasiment onirique en fait. Eh bien, tout au long de ma lecture, cette sensation est restée. En fait, avec Deep Sea Aquarium MagMell, le client du complexe et moi-même avons un point commun mais aussi une différence : Comme le client, qu’il soit enfant ou adulte, j’étais émerveillé par la découverte de ce vaste monde si joliment retranscrit, tant par le graphisme que par la mise en scène.  Mais à la différence du client, moi, je n’avais pas de vitre pour les admirer, uniquement les planches dessinées par l’auteur, et même si le mouvement n’est pas présent, l’illusion l’est, et la magie opère. La magie opère, si bien qu’à la fin de ma lecture, je n’avais qu’une seule et unique envie, repartir admirer ces profondeurs et voyager une nouvelle fois.

Si ma dernière phrase sonne comme une conclusion tout à fait valable, je me dois tout de même de conclure comme il se doit et pardon pour les superlatifs.
Ce premier tome de Deep Sea Aquarium MagMell m’a captivé de bout en bout, avec son histoire, mais aussi grâce à la manière dont la faune est mise à l’honneur. Entre les informations distillées, la mise en scène et les dessins, Kiyomi SUGISHITA notre propose une merveilleuse histoire, intéressante, pédagogique avec une pointe de message écologique. Je retourne acheter un ticket pour le MagMell dès que possible !

Disponible aux éditions Vega


Commentaires

De Rioko Sakura Le 09/10/2018

Super article, merci pour ton avis!! Tu m'as vraiment donné envie de lire le manga :) C'est rare que je veuille me lancer dans un seinen mais avec ce que tu viens de dire, je dois qu'il me semble vraiment intéressant.

Laisser un commentaire :