Bannière du site, cliquez ou appuyez pour revenir à l'accueil

Stop !! Hibari-kun ! Tome 1 de Hisashi EGUCHI

Illustration pour l'article : Stop !! Hibari-kun ! Tome 1

Dans ma collection de mangas, il me manquait deux choses : Des mangas du Lézard Noir et des mangas des années 80. Ces deux points sont désormais réglés. En effet, j’ai fait l’acquisition du premier tome de Stop !! Hibari-kun ! actuellement édité chez l’éditeur et publié en 1981 jusqu’en 1983 au Japon. Après cette lecture, j’ai eu très envie de vous en parler et c’est donc ce que je vais faire ici.

Synopsis

Après le décès de sa mère, le jeune Kôsaku Sakamoto se retrouve seul au monde. Conformément aux dernières volontés de la défunte, il quitte sa province pour emménager chez Ibari Ôzora, l'un des amis de jeunesse de sa mère qui vit à Tôkyô. Mais une fois installé, Kôsaku découvre avec stupeur qu'Ôzora est le chef d'un clan de yakuzas !

Avis

Avant de parler du récit en lui-même, je me dois de vous parler de l’édition proposée par Le lézard Noir, puisque pour ma part, c’est la première fois que j’achète un de leur produit. Au-delà du grand soin apporté à la livraison et l’expédition, (Papier bulle, mais surtout, tome emballé) l’éditeur nous propose ici un tome en grand format, qui je dois bien l’avouer, rend la lecture plus facile. De plus, l’ouvrage dispose d’une préface très intéressante, permettant de remettre l’oeuvre dans son contexte et d’expliquer ce qu’elle a apporté. Je ne sais pas si c’est à l’initiative de l’éditeur Français, mais en tout cas, c’est une très bonne chose de pouvoir la lire. Bref, pour moi, Le lézard Noir a fait du très bon travail dans la conception de l’objet en lui-même. Et si on parlait de l’histoire maintenant ?

Pour tout vous dire, avant de commencer ma lecture, je m’attendais un peu à une oeuvre sérieuse traitant de la notion de genre dans les années 80, sans pour autant que ce soit aussi sérieux qu’un titre comme Éclat(s) d’âme sorti beaucoup, beaucoup plus tard. Non, ce premier tome de Stop !! Hibari-kun ! ne traite absolument pas de ça, et probablement qu’il n’en parlera jamais, et ce, pour plusieurs raisons :

D’abord, le titre est avant tout humoristique. Bien sûr, le fait qu’Hibari soit “Une jeune fille dans un corps d’adolescent” est un élément déclencheur, mais l’auteur ne rit jamais d’elle, au contraire, l’auteur tente de nous faire rire grâce à la réaction des autres personnages et à la flopée de situation absurdes. Pas de tiraillement psychologique : Hibari est une fille, point. Et finalement tout ça, permet de ne pas centrer l’histoire uniquement sur Hibari, quelque soit le point de vue. Stop !! Hibari-kun ! n’est donc pas un manga “LGBT”, C’est une comédie romantique. Et justement parlons de l’humour.
Personnellement, j’apprécie beaucoup l’humour absurde, et j’ai beaucoup ri en lisant ce tome. Entre le quatrième mur constamment brisé, les yakuza ridiculisés d’une manière extrêmement drôle ou tout simplement des gags qui arrivent sans prévenir, l’humour ne faiblit jamais. Cependant, il faut bien avouer qu’il faut être client du genre, sinon vous risquez de passer à côté d’une grande partie du titre. Néanmoins, si Stop !! Hibari-kun ! est un manga humoristique, il n’est pas que cela et va prendre le temps de développer son histoire pour partir loin des évidences auxquelles on pourrait s’attendre.

Si au départ, l’histoire semble rapidement tomber dans le très facile “Oh, je la trouve mignonne, mais c’est un garçon”, l’auteur va rapidement décider d’y mettre fin, pour faire en sorte que Kôsaku ne soit pas uniquement défini par ce trait de caractère. C’est alors l’occasion pour nous de voir le garçon s’épanouir à travers le sport et de s’émanciper quelque part de sa relation avec Hibari. Avec tout cela, les autres membres de la famille ne sont pas oubliés et possèdent aussi leurs petites histoires, si bien que de temps en temps, Hibari devient un personnage secondaire. 
L’autre point que j’apprécie beaucoup, c’est le réalisme du récit. En effet, à plusieurs reprises Hibari va être confronté au fait qu’elle possède un corps de garçon, permettant ainsi d’ajouter une très légère tension rapidement désamorcée par l’humour. Le truc, c’est que ces situations sont loin d’être rocambolesques et semblent logiques. L’exemple parfait vient de la visite médicale, le problème est posé de façon sérieuse mais va être résolu de façon comique. Pour vous donner une idée, dans beaucoup d’histoires de notre époque, c’est plutôt le problème qui est posé de façon comique.
En n’hésitant pas à développer ses personnages, le récit montre qu’il est bien plus que comique et propose tout de même un peu de sérieux, moins présent dans les oeuvres de notre époque.

Et s’il y a bien une chose qui a bien changé à notre époque, c’est le style graphique. Presque 40 années de différence, ça se voit. Oui, ça se voit, mais ce n’est pas parce que c’est vieux que c’est mauvais. Il faut bien l’avouer, la plupart des décors que nous voyons dans Stop !! Hibari-kun ! sont vraiment simplistes. Mais en même temps, est-ce vraiment un mal ? Après tout c’est un gag manga, le but c’est avant tout qu’on rigole, pas d’avoir de jolis décors. Par contre, il est nettement plus obligatoire de nous faire rire avec les dessins, et ça, Hisashi EGUCHI y arrive très bien (en tout cas, avec moi). Visages volontairement moches, personnages caricaturés, gros plans pas très ragoûtants, voilà ce qui vous attend dans la drôlerie purement graphique.

Concernant les personnages, leur design sont plutôt simples, mais avec un certain charme, surtout pour les personnages féminins qui même pour les moins jolies semblent disposer d’une certaine beauté naturelle sans artifice. A vrai dire, c’est à peu pareil pour les personnages masculins, eux aussi disposent d’un aspect naturel, assez appréciable. En fait, c’est ce que j’aime, c’est le côté naturel, sans artifices du charadesign, cela donne une impression de légèreté très appréciable à regarder.
Pour Hibari, c’est encore autre chose, on sent que l’auteur prend plaisir à la mettre en valeur, surtout avec de jolis vêtements, (malgré la mode à l’époque...) et ce, sans pour autant que l’on tombe dans d’une fan service. De part son design, Hibari me fait parfois penser à Bulma de la période Dragon Ball. (Je sais, Hibari était là avant !) Cependant Hibari possède son propre style et une mise en scène parfois absolument génial. Je vous recommande le passage du bazooka.
Aussi, si l’on ajoute à tout cela, les magnifiques illustrations couleurs disposées tout au long du livre, on s’aperçoit très rapidement que Hisashi EGUCHI est bien plus qu’un dessinateur de gag manga, c’est surtout un excellent dessinateur.

Ce premier tome de Stop !! Hibari-kun est vraiment une très belle et sympathique découverte. D’abord  grâce à la qualité presque irréprochable de l’édition proposée par le Lézard Noir, mais surtout grâce à la qualité de l’histoire. “Hibari-kun” est un manga drôle, parfois touchant, parfois très joli. Visionnaire, je ne sais pas. Mais finalement, ce n’est pas ça le plus important, le plus important c’est que j’ai passé un très bon moment en le lisant.

Disponible aux éditions Le Lézard Noir



Commentaires

Laisser un commentaire :