Bannière du site, cliquez ou appuyez pour revenir à l'accueil

Your name. (Kimi no na wa.) de Makoto SHINKAI

Illustration pour l'article : Your name. (Kimi no na wa.) de Makoto SHINKAI

Your Name était le film dont j’entendais le plus parler ces derniers temps en terme d’animation Japonaise, que ce soit parce que c’est de Makoto SHINKAI, parce que c’est un nouveau film d’animation sortant en France, ou bien parce que son score au box-office Japonais est plutôt conséquent. Pour être tout à fait franc, avant d’aller voir le film je n’avais vu aucune bande-annonce, juste quelques informations sur internet. De ce fait, en allant voir Your Name, je n’avais aucune attente, mise à part peut-être celle de voir un bon film d’animation Japonais. De toute façon ce qui compte c’est le résultat à la sortie et c’est ce que je vais exprimer dans cet article.

Synopsis

Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de… Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. À travers ses rêves, Mitsuha se voit littéralement propulsée dans la vie du jeune garçon au point qu’elle croit vivre la réalité... Tout bascule lorsqu’elle réalise que Taki rêve également d’une vie dans les montagnes, entouré d’une famille traditionnelle… dans la peau d’une jeune fille !  Une étrange relation s’installe entre leurs deux corps qu’ils accaparent mutuellement. Quel mystère se cache derrière ces rêves étranges qui unissent deux destinées que tout oppose et qui ne se sont jamais rencontrées ?
(Allocine)

Avis

Généralement, lorsque je vais voir un film d’animation Japonais au cinéma, je sors de la salle apaisé. Ici, Your Name n’échappe pas à la règle, de manière générale, le film m’a détendu. Toutefois, pour arriver à ce résultat, j’ai dû passer par plusieurs émotions. Dans un premier temps, Makoto SHINKAI attise notre curiosité grâce à une introduction mystérieuse, mais dans un deuième temps on est émerveillé par la beauté qui se dégage de l’oeuvre et on reste stupéfait quand on pense à tout le travail effectué. Le film est un régal pour les yeux avec ses décors sublimes auxquels s’ajoutent des « mouvements de caméra » difficilement trouvables dans un vulgaire anime saisonnier. De plus, l’aspect graphique se permettra quand il le faut de changer d’aspect à des moments judicieux pour souligner des événements particuliers. Mais les yeux ne sont pas les seuls à prendre du plaisir, les oreilles aussi y ont le droit, avec des musiques agréables à l’écoute, qui arrivent toujours au bon moment. De cette manière, Makoto SHINKAI nous offre une expérience sensorielle très appréciable sachant transmettre les émotions qu’il faut. Toutefois, les images et la musique ne sont pas les seules à jouer avec les émotions du spectateur, il y a aussi l’élément principal du film : L’histoire.

L’histoire nous montre la vie de deux personnages : Mitsuha, une jeune fille de la campagne et Taki, un jeune homme de la capitale, qui échangent leurs corps involontairement, plusieurs fois par semaine.
A travers ces deux protagonistes, nous pouvons observer deux facettes du Japon : les traditions, grâce à Mitsuha et la modernité via le personnage de Taki. Mais, en plus de nous montrer les qualités et les défauts de chacune de ces vies, le film permet à un spectateur non initié d’en savoir un peu plus sur la religion Shintoïste, notamment dans une magnifique scène montrant la confection du kuchikamizake. (J’aimerais d’ailleurs remercier les traducteurs/adapteurs pour la conservation des termes Japonais suivis d’une traduction à côté, je trouve que c’est un bon compromis).
Après cette introduction, le film entame une autre partie : celle où nos deux personnages se sont habitués aux changements de corps et apprennent à se connaître. Cependant le film ne s’attarde pas trop dessus et utilisera une séquence musicale pour placer une petite ellipse temporelle. A partir de là, le film avance dans son scénario et essaie de nous aider à comprendre ce qu’il se passe en nous donnant parfois de fausses pistes, puis passe à l’arc narratif suivant. Le spectateur, pendant ce temps va s’attacher aux personnages, comprendre leur détresse commune, ressentir leurs peines et va avoir envie que les personnages réussissent. Le spectateur va donc ressentir multitude d’émotions au fur et à mesure des arcs.

Oui, je parle bien d’arc narratif et je vais dans ce paragraphe, expliquer, ce qui est pour moi, LE point négatif du film : Même si Your Name est un film d’animation de 1h46, on a parfois l’impression d’avoir à faire à, à peu près 5 épisodes d’une très très bonne (attention) série animée. En repensant au film pour écrire cet avis, je me suis rendu compte que l’on pouvait facilement découper le film selon plusieurs parties distinctes (hors schéma classique d’un film j’entends). Et si vous pensez que j’exagère en disant cela, je pense que vous auriez pu avoir raison. Cependant, mon impression a été renforcée par la présence d’un opening juste après ce que l’on pourrait donc appeler une introduction. Oui oui, vous avez bien lu, un opening comme on peut en voir à chaque début d’épisode d’anime actuels, avec sa chanson et son montage propre. Il est d’ailleurs très bien cet opening, cela m’a juste paru particulier lors de mon visionnage.
A ce titre, quand je dis que c’est LE point noir du film, je pense que ce n’est clairement pas objectif. C’est juste que j’ai l’habitude des films d’animation et des anime nippons et  en voyant le film j’ai pu faire facilement un tel découpage. Mais pour la personne qui ne connaît pratiquement rien, ce ne sera pas perceptif. Finalement, si je devais me forcer à trouver un point noir objectif au film, ce serait qu’on pourrait le trouver un peu niais, mais c’est vraiment un point noir minime. Je pense que cela renforce l’aspect apaisant du film.

Your Name de Makoto SHINKAI est un excellent film qui vous fera passer un excellent moment que vous soyez un habitué de l’animation Japonaise ou non. Moi qui n’avais pas d’attente, je fus stupéfait par le travail remarquable de Makoto SHINKAI et il mérite qu’on s’attarde dessus. (Même si M. SHINKAI ne veut plus qu’on en parle). Alors, si vous avez la chance de pouvoir le voir au cinéma, saisissez-la et détendez-vous. Et s’il n’est pas prévu dans votre ville, attendez un peu, peut-être que ça viendra.


Commentaires

Laisser un commentaire :