bannière

Happiness Tome 1 de Shûzô Ôshimi

Le 02/02/18 à 22:09:34 par Shinobivdk
image d'article

A force de parler avec des gens de manga, que ce soit sur twitter ou Irl, je me suis rendu compte que le nom de Shûzô Ôshimi revenait souvent quand on parlait des auteurs marquants. Pour ma part, j’en avais entendu parler mais je n’avais jamais pris le temps de lire une de ses oeuvres. “Dans l’intimité de Marie” m’intéresse beaucoup mais je n’ai jamais sauté le pas. Quant aux “Fleurs du mal”, le spleen ce n’est pas vraiment ce que j’apprécie le plus. Mais avec Happiness, je savais que c’était la bonne occasion pour m’y mettre et cette sublime couverture m’a convaincue très vite… Je vais donc vous parler de ma première rencontre avec Shûzô Ôshimi.

Synopsis

La vie en première année de lycée de Makoto Ozaki est une série d'humiliations et de déceptions. Mais une nuit, une fille mince et pâle lui saute dessus pour boire son sang et lui offre le choix entre mourir ou vivre comme elle... Makoto choisit de vivre et, doté d’une force nouvelle, il ne sera plus le jouet de ses camarades. Mais prisonnier d’un corps qui n’a plus rien d’humain, l’adolescent réalise qu’il a quitté un enfer pour un autre…

Avis

Dans Happiness, nous suivons Makoto Ozaki, un lycéen de 16-17 ans quotidiennement victime d'humiliations par ses camarades. Un soir alors qu’il allait rendre des DVD, il se fait attaquer et mordre par une fille. Depuis, il est sensible à la lumière et à parfois une folle envie de sang… C’en suit alors pour Makoto une lutte pour rester lui-même.

A première vue, ce scénario paraît simple, on dirait une simple histoire de monstre portant sur le vampire. A première vue seulement. Parce qu’avec Happiness, Shûzô Ôshimi va se servir du mythe du vampire et de ce qu’il représente dans l’inconscient collectif pour nous dépeindre une fable sur la transformation adolescence et les premières pulsions sexuelles. Et cela, l’auteur arrive très bien à nous le faire comprendre.
En soi, le choix du mythe du vampire pour parler de la découverte de la sexualité et de l’adolescence et assez logique. Dans l’inconscient collectif (surtout occidental), le vampire est un être presque élégant, c’est un séducteur, un chasseur… Si bien que l’on oublie souvent que c’est une créature démoniaque. Makoto n’a rien du vampire idéal qu’on se représente actuellement, il n’a pas grand-chose pour lui. Mais c’est justement là qu’est la bonne idée : En nous montrant un vampire à mille lieux de ce qu’on a l’habitude de voir, l’auteur arrive à mettre l’accent sur le côté monstrueux du vampire, donnant ainsi toute son évidence au propos de l’histoire.Ce qui vous donnera peut-être l’impression d’un manque de subtilité, mais personnellement, je pense que tout cela est volontaire, pour vite nous faire comprendre l’enjeu.
Ce premier tome est véritablement un tome d’introduction qui se concentre principalement sur le protagoniste et sa transformation. Si bien qu’à la fin du tome, on ne sait pas vraiment où la suite de l’histoire va nous mener.

Mais s’il y a bien une raison pour laquelle vous devez lire au moins une fois Shûzô Ôshimi, c’est pour son travail graphique. En lisant ce premier tome d’happiness, vous allez découvrir un style graphique unique. Un style graphique à mi-chemin entre le dessin et la peinture. Certaines cases m’ont fait penser à du Van Gogh  Et tout cela ne se limite pas uniquement lors des scènes clées. On sent que l’auteur accorde une très grande importance aux dessin. Si bien que les images font passer beaucoup plus d’informations que les textes. Grâce à cet aspect graphique, on est comme transporté dans la peau du personnage principal, notamment lors des scènes où celui-ci perd le contrôle. Shûzô Ôshimi arrive à illustrer parfaitement l’expression “une image vaut mille mots” et il y arrive tout en nous scotchant du regard. Et rien que pour cela, j’ai envie d’acheter la suite.

Ce premier tome d’Happiness est pour moi une excellente découverte. D’une part, il m’a permis de découvrir ce qui semble être une banale histoire de vampire, mais qui au final en raconte bien plus. Et d’autre part, j’ai enfin pu découvrir le fabuleux travail de Shûzô Ôshimi, qui me donne l’impression découvrir un nouveau tableau à chaque page. A voir maintenant ce que donnera la suite de l’histoire.

Disponible aux éditions Pika


Commentaires

Commenter :