bannière du site

L’atelier des sorciers Tome 1 de Shirahama Kamome

Ah la magie… cette technique mystérieuse que l’on retrouve dans la plupart des oeuvres actuelles. Généralement, la magie est l’élément central de l’histoire, mais elle peut parfois être reléguée au second plan. On la retrouve dans des oeuvres occidentales comme Harry Potter, mais aussi dans des oeuvres Japonaises comme Negima ou Fairy tail. Il y a tellement d’oeuvres qui l’utilise que parfois on a l’impression de lire du réchauffé. Et puis il y a l’atelier des sorciers…

Synopsis

Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique !
Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence 

Avis

Lorsque l’on commence à lire une oeuvre, deux cas peuvent se produire : Le premier est le cas où il faut au lecteur beaucoup de temps pour rentrer dans ce nouveau monde. Le second cas est celui où l’oeuvre arrive à nous emmener dans son monde dès les premières pages. Pour ma part, c’est ce qu’il s’est produit avec ce premier tome de L’atelier des sorciers. Pourtant à la lecture du résumé, on pourrait croire qu’on a déjà lu ce genre d’histoire, surtout le cliché de la personne normale qui va découvrir un monde hors du commun et sortir de sa normalité. Cependant dans l’univers du manga, il est rapidement établi que même si une différence existe entre les humains et les sorciers, les objets magiques ne sont pas inconnus des “normaux”, au contraire, ils font partie intégrante de leurs quotidiens. Au cours de la lecture, on peut donc voir, carrosse volant ou encore pavé s’illuminant à chaque pas, transformant ainsi le mystère en fascination, un peu comme si, le lecteur ressentait les mêmes émotions que Coco la protagoniste de l’histoire, au fur et à mesure qu’elle découvre la magie.

La magie est donc ici l’élément central de l’histoire, et alors que l’on pourrait s’attendre à une utilisation “classique” de la magie, Shirahama Kamome arrive avec brio à innover dans le domaine. Sans trop vous en parler pour ne pas vous gâcher la lecture, l’auteure nous propose ici une magie qui bien que possédant des spécificités particulières, peut être expliquée simplement et donc, enseignée. De fait ce n’est donc pas un deus ex machina utilisé à tout bout de champ, mais bien un outil dont se servent les sorciers de manière réfléchie. Et personnellement, c’est le fait qu’ici la magie soit considérée comme une Science, un Art qui possède ses propres règles d’utilisations, qui m’a énormément plu ! Ca et le sous-texte que l’on peut trouver derrière. Celui de tout faire pour effectuer un métier que l’on veut nous empêcher d’apprendre pour que le métier soit préservé auprès d’une certaine élite, alors qu’en réalité avec des efforts et de la passion, n’importe qui peut y arriver. Et quand on sait le métier de l’auteure, je ne peux m'empêcher de penser que cela renforce le parallèle.

En ce qui concerne les personnages, je trouve qu’il est assez difficile de dire beaucoup de choses dessus. Pour me défendre, il ne s’agit que du premier tome, et donc on ne peut pas vraiment parler de développement. Toutefois, les différents personnages sont tous très intéressant à suivre, surtout Coco, une fillette pleine d’énergie et de volonté qui déborde d’envie de bien faire. Et que dire de son mentor, Kieffrey, un personnage, classieux, sympathique, mais qui possède aussi une part d’ombre. Sans oublier les nouvelles camarades de Coco qui mérite elles aussi un peu de développement. En tout cas, les bases sont posées et elles sont plutôt bonnes.

Parlons maintenant du dessin ! Si vous avez lu certains de mes articles, vous savez peut-être que j’ai parfois du mal à parler du graphisme car je manque de notions sur ce sujet. Mais dans ce paragraphe, je vais vraiment essayer de faire honneur au travail de Shirahama Kamome. Parce que clairement, le dessin de l’auteure est magnifique, extraordinaire, et encore, je ne veux pas abuser des superlatifs. Le dessin de Shirahama Kamome est l’élément final qui vous permettra de rentrer complètement dans le récit des péripéties de Coco. En fait, grâce à ce style particulier mais très agréable, j’avais l’impression que le manga était devenu un livre de conte. Croyez-moi, je regrette de ne pas pouvoir vous proposer des illustrations pour vous montrer à quel point je trouve ça beau. A la fin de ma lecture, j’eus des étoiles plein les yeux !

Quelle merveille que ce premier tome de l’Atelier des sorciers ! Shirahama Kamome nous propose une aventure sur l’envie de faire ce que l’on souhaite, grâce à une histoire magique, féérique ! Tout ça porté par Coco une protagoniste adorable comme tout qu’on a envie de suivre. C’est une de mes meilleures lectures de l’année.

Disponible aux éditions Pika


Commentaires

Laisser un commentaire :