Bannière du site, cliquez ou appuyez pour revenir à l'accueil

50 nuances de gras, l’elfe qui aimait trop les frites Tome 1 de Synecdoche

Jaquette du tome 1 de 50 nuances de gras

Un grand homme a dit un jour : “Le gras, c’est la vie !”. Eh bien, la protagoniste dont je vais vous parler aujourd’hui dirait : “Les frites, c’est la vie !” Aujourd'hui nous allons parler de l’elfe qui aimait trop les frites dans 50 nuances de gras.

Synopsis

Naoe travaille dans un centre de massage et de bien-être, où il soulage les gens de leurs petits bobos. Mais le jour où il voit débarquer Erufuda, une étrange jeune femme un peu grassouillette, il comprend qu’il a affaire à un cas critique... Sa patiente n’est autre qu’une elfe, coincée dans notre monde à cause de son surpoids ! Ayant commis l’erreur de goûter à la nourriture terrestre, elle est, depuis, complètement accro aux frites ! 

Avis

50 nuances de gras est un titre qui a fait parler de lui bien avant sa sortie. La cause ? Son titre justement, faisant à la fois référence à la “plus ou moins” célèbre série de roman, mais aussi involontairement à un sketch des guignols de l’info. Mais vous savez ce qu’on dit : Bon ou mauvais, un buzz reste un buzz, eh bien avec moi ça a marché ! Surtout que c’est bien mieux que ce à quoi je m’attendais et que je comprends un peu mieux le choix du titre.

50 nuances de gras nous conte donc l’histoire de Naoe, masseur de profession, devant soigner une elfe accro aux frites, ainsi que d’autres créatures. Le concept est basique, mais les bonnes idées s'enchaînent. Le titre se donne en fait deux missions, faire rire, tout en donnant des conseils pour garder la forme. De ce fait, bien que l’on pourrait croire le contraire, ici, il n’est pas question de fat-shaming. Il n’est pas tout le temps question de gras, mais bel et bien d’une critique de notre société et des conséquences sur nos corps. Sans pour autant donner des leçons, le titre de Synecdoche nous donne des petits exercices pour se maintenir en forme et c’est plutôt sympa. Mais le divertissement dans tout ça ?

Comme je l’expliquais dans le paragraphe précédent, le titre est drôle, et ce, pour plusieurs raisons. D’un côté, on a le décalage créé par l’image que nous nous faisons des différentes créatures que nous suivons et leur apparence réelle. Vous avez déjà imaginé une elfe accro aux frites avec son ventre qui dépasse largement de son haut ? A cela on peut ajouter le caractère des personnages plutôt idéal pour des scènes comiques. Le tout est d'ailleurs assez bien mis en valeur grâce au dessin de Synecdoche tout en rondeur (Jeu de mot non voulu) qui augmente un peu plus le capital sympathie du titre.
Bien sûr, le titre n’est pas exempt de défaut : En ce qui me concerne, je reproche au titre une répétition du schéma narratif, rendant la lecture un poil longue. Cependant, le tome se rattrape avec les deux histoires bonus, pas spécialement drôles mais touchantes. D’autres reprocheront probablement, la présence de scènes de nues. Mais pour ma part, cela ne m’a pas choqué.

Les frites j’aime ça, mais j’aime aussi ce premier tome de 50 nuances de gras. Un titre qui derrière son idée absurde se permet de critiquer gentiment notre société tout en donnant de bon conseil pour se tenir en forme. Car oui, on parle de gras, mais pas que ! 50 nuances de gras, c’est drôle et bienveillant.

Disponible aux éditions Doki-Doki



Commentaires

Laisser un commentaire :