We Never Learn Tome 1 de Taishi TSUTSUI

Avant même qu’il ne sorte en France, j’avais entendu beaucoup de bien à propos de We Never Learn. Je savais que c’était une comédie romantique scolaire, mais je ne savais pas grand-chose de plus. Je n’ai même pas lu Nisekoi, c’est vous dire ! Mais maintenant que le premier tome est sorti, je peux enfin vous en parler.

Synopsis

Nariyuki est un élève de terminale aussi brillant que pauvre qui rêve d’obtenir une bourse pour poursuivre ses études dans l’université de son choix. La chance lui sourit lorsque le proviseur propose de la lui accorder… mais à une condition ! Devenir le tuteur des deux génies du lycée, Rizu et Fumino. La tâche aurait dû être des plus faciles, mais les belles demoiselles lui réservent une surprise de taille !

Avis

Pour tout vous dire, même si j’en avais entendu du bien, lorsque j’ai commencé à lire les première page du tome, c’était mal parti. En effet, au départ, je pensais que Nariyuki était le genre d’élève intello un peu désagréable. Mais fort heureusement, je me suis fait avoir et j’ai rapidement changé d’avis à son sujet. Pourquoi je vous parle de ça dès le début ? Eh bien, tout simplement, parce c’est le sujet de We Never Learn : Ne pas aller forcément où l’on vous attend. Sans trop vous en dire pour éviter le spoil, comme l’indique le résumé, Nariyuki est chargé de tutorer deux génies, l’une en littérature, l’autre en mathématique. Le souci, c’est que ces demoiselles veulent faire complètement autre chose, sans pour autant être douées. C’est d’ailleurs à partir de là que vont se déclencher la majorité des éléments comiques du tome : Le pauvre garçon exaspéré de voir ces jeunes filles autant à la ramasse. 

Le personnage principal apprend pour le tutorat des deux lycénnes
BOKUTACHI WA BENKYOU GA DEKINAI © 2017 by Taishi Tsutsui/SHUEISHA Inc.

D’ailleurs, même si ces situations sont légions, ce n’est pas pour autant qu’elles arrivent à un rythme effréné. Pour moi, elles font mouches et remplissent leurs rôles. Par contre, si We Never Learn est une comédie, c’est aussi une comédie romantique ! De ce fait, rapidement s’installent, les clichés du genre ! Pour être très clair directement, je m’y attendais donc je n’étais pas forcément dépité par ce genre de situations. Donc ! We Never Learn étant une comédie romantique et après avoir lu ce premier tome, on voit très clairement se former le fameux HAREM ! Et avec lui, un léger côté blagounette ecchi, mais vraiment très léger. Encore une fois, chez moi, ça passe, mais en espérant que ça ne vire pas à l’overdose.

Le héros entouré des deux jeunes filles lui demandant de taire leurs secrets

BOKUTACHI WA BENKYOU GA DEKINAI © 2017 by Taishi Tsutsui/SHUEISHA Inc.

Heureusement, le tome prend souvent le temps de ralentir et d’arrêter les blagues pour prendre un ton plus sérieux, favorisant le développement de ses personnages, et ce, pas forcément au niveau romantique, mais vraiment au niveau de leur propre background et de leur justification quant à leur comportement. C’est vraiment intéressant parce quelque part, cela prouve que We Never Learn, ne sera pas juste un bête manga harem, en tout cas j’ai bon espoir. J’ai bon espoir aussi que l’histoire avance scénaristiquement, parce que le manga définit clairement un objectif à atteindre. Reste à savoir si cet objectif sera maintenu et non pas annulé par une pirouette scénaristique. Concernant les personnages principaux, sont tous très agréables, on sent en eux une certaine bienveillance qui transparaît de différentes manières mais qui rend la lecture très facile.

Le héros rentre chez lui et dit bonjour à ses frères jumeaux

BOKUTACHI WA BENKYOU GA DEKINAI © 2017 by Taishi Tsutsui/SHUEISHA Inc.

Cela se ressent aussi dans l’aspect graphique du manga. Les décors ne sont pas forcément extraordinaires, mais ici ce n’est pas la contemplation de l’environnement qui est demandé. Par contre, on sent vraiment une légèreté dans les traits du charadesign et personnellement, je pense que cela rend les personnages encore plus sympathiques. Mais Taishi TSUTSUI, nous montre aussi qu’il est capable de créer des scènes dynamiques, en d’autres termes,  We Never Learn est loin d’être mou graphiquement.

Les deux héroines remercient le personnage principal de manière mignonneBOKUTACHI WA BENKYOU GA DEKINAI © 2017 by Taishi Tsutsui/SHUEISHA Inc.

Vous allez peut-être penser que j’en fais trop mais, en lisant ce premier tome de We Never Learn, j’ai eu comme une sensation de bien-être. D’une part les situations sont drôles sans forcément en faire des tonnes et d’autre part, les personnages sont attachants, sublimés par un joli charadesign. Certains pourront regretter la présence de clichés de shonen RomCom, mais ce n’est pas mon cas. Je ne sais pas si We Never Learn est un Iyashikei, mais lire ce premier tome m’a fait du bien.

Disponible aux éditions Kazé



Commentaires

De Neko Le 15/09/2018

Coucou ! J'ai beaucoup aimé lire ton article et je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis ^^ J'ai également bon espoir que le manga suive doucement son objectif sans qu'il n'y ait de pirouettes scénaristiques en cours de route pour le perdre de vue... Ce serait dommage d'ailleurs. Pour les clichés, c'est vrai qu'ils sont présents - mais il est difficile de trouver un manga sans aucun cliché quand on y regarde de plus près -, mais ils ne rendent pas le manga lourd ce qui est un bien je trouve ^^

Laisser un commentaire :