Bannière du site, cliquez ou appuyez pour revenir à l'accueil

Don’t call me Magical Girl, I’m OOXX Tome 1 de Yang Chi-Cheng

Tome 1 de don't call me magical girl i'm OOXX

Doucement, mais sûrement, les éditions ChattoChatto étoffent leur catalogue avec des titres originaux. Grâce à eux, je vous propose mon avis sur le tome 1 de Don’t call me Magical Girl, I’m OOXX. Et vous commencez à me connaître, quand je peux lire un titre sur des Magical girl, je fonce ! Mais est-ce que ça valait le coup ?

Synopsis

Sakura et ses semblables se battent pour des raisons qui leur sont propres ; une souhaite conserver ses pouvoirs surnaturels, une autre cherche à protéger sa ville et la dernière souhaite mener une vie tranquille. Au cours de leurs différentes rixes et par inattention elles détruisent peu à peu la ville.
Lors d’une chasse aux esprits et alors que toutes trois se disputent comme à leur habitude, une force inconnue les révèle par surprise aux yeux de tous. Elles qui vivaient jusqu’alors dans l’ombre, les voilà donc exposées au public pour la première fois, condamnées à dédommager les citoyens…

Avis

Don’t call me Magical Girl est un titre que j’avais hâte de lire, puisque comme je l’expliquais plus haut, j’aime beaucoup ce genre, avec ses propres codes. Et à la lecture de ce tome, j’ai retrouvé certains de ces codes, mais pas tous. Ce qui fait qu’au final, le titre porte bien son nom ! Je m’explique : 

Dans ce premier tome, nous suivons principalement Sakura, une jeune fille dotée de pouvoirs magiques chargée de combattre les esprits. Jusque là, tout va bien, on retrouve le fameux code de l’héroïne devant jongler avec ses occupations. Sauf que rapidement, elle se retrouve à devoir se défendre face à une nonne, elle aussi magique. Comme si c’était elle la méchante de l’histoire. Puis, pour ne rien arranger, alors qu’elles étaient invisibles pour le commun des mortels, les voilà qu’elles doivent rembourser tous les dommages collatéraux. Et pour finir on apprendra que Sakura n’est pas ce qu’elle semble être (sans spoiler). Et donc à la lumière de ces éléments, le titre de Yang Chi-Cheng inverse les codes du magical girl en ne souhaitant pas mettre trop en valeur, les actions héroïques, mais la vie de tous les jours et l’influence des combats. A mon sens, c’est ce qui fait la force première du titre.

Alors bien évidemment, l’histoire n’aurait pas de sens, sans les fameux combats qui vont avec. Et pour le coup, il faut dire qu’on est servi. Les combats sont dynamiques, impressionnants, surtout grâce aux traits épais dont nous fait profiter l’auteur. Le tout donne un résultat parfois épique qui nous captive lors de la lecture. Mais ! Parce qu’il y a un mais. Si ces combats sont époustouflants, il y a tout de même parfois un manque de visibilité qui peut nuire à la compréhension de la scène. C’est d’autant plus dommage que ce problème n’a pas lieu uniquement lors des scènes de combats, mais aussi lors des scènes un peu plus calme. Si on ajoute à ça des placements de bulles un peu étranges, cela peut complexifier la compréhension de l’histoire (mais après, c’est peut-être moi qui suis bête). C’est pour moi, le  point noir du titre.

Et c’est vraiment dommage parce qu’à la lecture du titre, on sent bien qu’un effort est fait pour développer les personnages, surtout celui de Sakura. D’ailleurs on remarquera, qu’un trait beaucoup plus fin est utilisé dans ces moments-là. Pour des moments un peu plus léger, mais aussi plus mélancolique. D’un autre côté, cette petite amertume est contrebalancé par la petite gueguerre que se livrent les personnages hauts en couleurs de Yang Chi-Cheng. Puisque j’ai apprécié le début de développement de personnage, en ce qui concerne Sakura, j’ai hâte de savoir comment les autres jeunes filles vont être traitées.

En appuyant plus sur le côté « Girl » que « Magical », Yang Chi-Cheng, nous propose une interprétation intéressante du genre, en mettant l’emphase sur son personnage principal plus que sur le combat. Des combats qui lorsqu’ils sont présents en mettent plein à la vue. Dommage que l’action parfois un peu trop confuse, vienne nuire à la compréhension. En tout cas, ce premier tome est prometteur.

Disponible aux éditions Chattochatto


Commentaires

Laisser un commentaire :